Le New Deal

Le New Deal est un accord clé passé entre les États en situation de fragilité et de conflit, les partenaires au développement et la société civile pour améliorer la politique de développement et les pratiques actuelles dans les États fragiles et touchés par un conflit. Il a été développé grâce au Dialogue international et ratifié par plus de 40 pays et organisations lors du 4ème Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, le 30 novembre 2011 à Busan, en Corée. and organizations at the 4th High Level Forum on Aid Effectiveness on November 30th 2011 at Busan, Korea.

Le New Deal pour l'engagement dans les États fragiles (EN | FR) est un accord politique global historique. Grâce au New Deal, les partenaires au développement se sont engagés à soutenir des plans de développement appropriés et dirigés par les pays et une plus grande efficacité de l'aide dans les situations de fragilité (les principes TRUST), et les gouvernements du g7+, de leur côté, se sont engagés à suivre des processus de planification inclusifs et fondés sur le contexte (les principes FOCUS). Les deux parties se sont engagées à poursuivre les cinq objectifs de consolidation de la paix et de renforcement de l'État (PSG) : politiques légitimes, justice, sécurité, services et revenus et fondements économiques.

Le New Deal a été conçu pour apporter des changements : un changement de ce qui est réalisé et un changement du « comment » les choses sont faites pour soutenir les transitions des pays en situation de conflit et de fragilité, et la construction d'États et de sociétés pacifiques. Dans la pratique, cela concerne trois principaux points : i) mettre l'accent sur les bonnes priorités, ii) les transitions hors de la fragilité doivent être appropriées et dirigées par le pays, ii) les ressources doivent être utilisées de manière efficace et doivent renforcer les capacités et les systèmes locaux.

Pour aller de l'avant, la coopération pour le développement doit remplacer ses anciens modèles, politiques et pratiques basés sur un transfert de donneur à bénéficiaire - ou de l’utilisation d’approches types aux réformes institutionnelles - à un partenariat à parts égales entre les gouvernements et les partenaires au développement, fondé sur le dialogue et la collaboration.

Le New Deal : pourquoi est-il nécessaire ?

Aujourd'hui, environ 1,4 milliard de personnes vivent dans des États fragiles. Les situations de fragilité et de transition comprennent un large éventail de contextes ; de pays à revenu intermédiaire avec des institutions fortes, comme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, aux pays à faible revenu dépendants de l'aide comme Haïti et les îles Salomon. De nombreux États fragiles peinent à réaliser des progrès pour réaliser Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Ils risquent par ailleurs de manquer l’opportunité de profiter des tendances plus larges de la croissance économique et de « l’essor du sud ». La paix, la sécurité et le développement sont fortement liés et les sociétés ont besoin d'un état résilient et réactif, avec la légitimité et les capacités de fournir des services de base, une sécurité et une justice à ses populations, et capable de créer un environnement propice à une croissance équitable.

La transition hors de la fragilité est un long cheminement politique qui exige leadership et appropriation nationale. Les processus de dialogue politique ont souvent échoué en raison du manque de confiance, d'inclusivité et de leadership. Les partenaires internationaux contournent souvent les intérêts et les acteurs nationaux, et fournissent l'aide de manière trop technocratique qui sous-estime l'importance de l'harmonisation avec le contexte national et local, et soutiennent les résultats à court terme au détriment de résultats durables à moyen et long terme, qui peuvent être atteints par le renforcement des capacités et des systèmes.

L'ancienne façon de fournir l'aide n'a tout simplement pas produit le type de résultats nécessaires pour que les États fragiles puissent entamer un chemin clair vers la résilience. Une nouvelle architecture de développement et de nouvelles façons de travailler, mieux adaptés à la situation et aux défis des contextes fragiles, sont nécessaires pour construire des États et des sociétés pacifiques.