Actualités 
Archives – 2019

  Retour
09 Jul 2019

La Vision pour la paix du Dialogue international pour 2019-2021

Les coprésidents de l'IDPS ont le plaisir d'annoncer que le Groupe de pilotage a approuvé la Vision pour la paix de l'IDPS 2019-2021 (en anglais et en français). Ce document fournira un cadre d’action commun à la communauté de l’IDPS pour les deux prochaines années.

05 Jul 2019

HLPF 2019

Au nom des coprésidents du Dialogue international sur la consolidation de la paix et le renforcement de l’État (l’IDPS), j’ai le plaisir de vous inviter à assister au lancement officiel du document Vision pour la paix 2019-2021 du Dialogue international. L'événement, intitulé “Un dialogue pour la paix : réaliser l'ODD 16+ dans des situations de conflit", sera animé par M. Francis Mustapha Kaikai, ministre de la Planification et du Développement économique de la Sierra Leone, et par Mme. Maryam Monsef la ministre du Développement international et la ministre des Femmes et de l'Égalité des genres. Cet évènement se tiendra le 15 juillet à New York à la Mission permanente du Canada auprès de l'ONU de 16h00 à 17h15, et ce lors du Forum politique de haut niveau (FPHN).

Le document Vision pour la paix énonce une série d’engagements pris par les pays du g7+, en partenariat avec des membres du Réseau international sur les situations de conflit et de fragilité (INCAF) et la Plateforme de la société civile pour la consolidation de la paix et le renforcement de l’État (CSPPS), afin d’avancer dans la réalisation de l’ODD 16+ dans les situations de conflit. Le FPHN offre une occasion idéale de lancer la Vision pour la paix, étant donné qu'elle se concentre sur les progrès accomplis dans la réalisation de l'ODD 16 visant à instaurer des sociétés pacifiques, justes et inclusives, en plus de l'ODD 8 concernant la croissance économique et un marché de l’emploi durables et inclusifs, de l'ODD 10 visant à réduire l'inégalité au sein des pays et l'ODD 17 sur le renforcement des partenariats mondiaux pour soutenir et réaliser l’agenda pour 2030. Tous ces objectifs de développement durable sont directement liés aux priorités et à l’approche thématiques du programme de l’IDPS. En outre, cinq pays du g7+ (la Côte d'Ivoire, la République centrafricaine, le Sierra Leone et le Timor-Leste) présenteront leurs examens nationaux volontaires (VNR) lors du Forum de haut niveau, avec le soutien de la CSPPS, l'une des trois constituantes de l'IDPS, afin de garantir une participation significative de la société civile. L’un des pays du g7+ en particulier, la Somalie, fait également de grands progrès en saisissant cette occasion de renforcer l’État pour promouvoir les droits et la participation des femmes. Ainsi, le lancement de la stratégie de l’IDPS visera à tirer parti de cette riche connaissance, expérience et dynamique au sein de la communauté de l’IDPS pour articuler sa vision de la paix mondiale et ses engagements, en plus des priorités nationales en matière de consolidation de la paix et de renforcement de l'État au sein du g7+.

Inscrivez-vous ici.

26 Mar 2019

La centralité de l'égalité des sexes pour une cohésion nationale et une consolidation de la paix durables

 

Le 12 mars 2019, quelque 70 personnes se sont réunies à New York en marge de la 63ème Commission de la condition de la femme pour débattre du thème « L'égalité des sexes pour une cohésion nationale et une consolidation de la paix durables ». Cet événement avait pour but de mieux faire connaître la nouvelle Vision de l’IDPS, dont l’un des domaines d’activité thématique est la promotion de l’égalité des sexes et le programme Femmes, paix et sécurité visant à promouvoir la réalisation de l’ODD 16+. Cet évènement a été soutenu par des ministres du Canada, de la Sierra Leone et de la Somalie, ainsi que par la première dame de la Sierra Leone, Mme. Fatima Maada Bio.

 

Télécharger la note conceptuelle en Anglais et en Français

Discours

Mme. Maryam Monsef, ministre canadienne du Développement international et ministre des Femmes et de l'Égalité des genres, a souligné que l’inclusion des femmes conduisait à des processus de paix plus durables dans les pays touchés par un conflit. Lire la suite.

Mme. Nabeela F. Tunis, ministre de la planification et du développement économique de la Sierra Leone, a fait observer que la participation des femmes à la vie publique contribuait à la prévention des conflits dans les pays du g7+. Lire la suite.

Mme. Fatima Maada Bio, la Première Dame de la Sierra Leone, a souligné la nécessité pour les femmes de participer aux plus hautes instances décisionnelles dans tous les pays.

Discussions

Mme. Visaka Dharmadasa, représentante du Partenariat mondial pour la prévention des conflits armés (GPPAC), a appelé les donateurs et les gouvernements à financer et à soutenir la participation des femmes aux processus de paix, à la consolidation de la paix, à la prévention des conflits et à la reconstruction après le conflit.

Mme. Anne Kwakkenbos, représentante de Cordaid, a parlé de la nécessité d'une plus grande représentation des femmes, citant l'exemple des négociations de paix en cours à Doha avec les Taliban en l'absence de femmes. Elle a prononcé un discours au nom du Réseau des femmes afghanes, appelant à une participation pleine, égale et significative. Lire la suite.

Mme. Deqa Yasin, ministre des Femmes et du Développement des droits de l'homme en Somalie, a déclaré que l'autonomisation des femmes permettait à des nations entières de progresser sur le difficile chemin qui mène à la paix et au développement après un conflit: « C'est l'une des raisons pour lesquelles mon gouvernement a donné la priorité à l'égalité des sexes en tant qu'objectif central de notre plan de développement national actuel ».

Regardez son puissant message vidéo en ligne.

Qu’avons-nous appris de cet évènement ?

  1. Les transitions hors d’un conflit peuvent offrir des possibilités uniques de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. En Somalie, les efforts en cours pour élaborer une nouvelle constitution et de nouvelles lois électorales, par exemple, pourraient accroître considérablement les droits des femmes, non seulement aujourd’hui, mais pour les générations à venir. En mars 2019, trois cent femmes de toute la Somalie ont uni leurs efforts pour faire valoir leurs revendications dans une Charte de la femme.
  2. Dans les pays touchés par un conflit en particulier, il existe un lien étroit entre la réalisation de l'ODD 5 (sur l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes) et certains aspects de l'ODD 16 (sur les sociétés pacifiques et inclusives). Comme l'a déclaré la ministre Mme. Deqa Yasin : « Combiner les objectifs 16 et 5 n'est pas seulement important, c'est une nécessité. La paix, la justice et des institutions solides ne sont pas viables si nous n'impliquons pas 50% de la population ». En outre, l'instauration d'une paix et d'une stabilité durables à long terme créeront les conditions nécessaires à la réalisation de tous les autres objectifs de développement durable, comme prévu dans l'ODD 16+.
  3. L’inclusion des femmes dans les négociations de paix est toujours perçue comme une chose étrangère. Pendant les négociations de paix conduites par des hommes, les femmes qui souhaitent être inclues peuvent être invitées à ne pas risquer de nuire à des négociations fragiles en insistant d’être impliquées. « Ne faites pas tanguer le bateau », a été le conseil donné à Mme. Visaka Dharmadasa au Sri Lanka.
  4. Des analyses et des idées de grande valeur sont perdues en excluant les femmes du tableau. Il y a souvent un fossé entre ce que nous pensons être les principaux défis de la sécurité dans les sociétés touchées par un conflit et ce que les populations locales connaissent de ces véritables défis. Pour la communauté internationale, la migration est le principal défi en Libye, par exemple, mais pour les femmes libyennes, la violence, les groupes armés et l'insécurité chronique constituent le principal défi. Comme l’a souligné Mme. Anne Kwakkenbos : « Si nous ne créons pas une plate-forme pour ces voix, ces questions ne seront jamais abordées ».
  5. Donner aux femmes une voix significative doit passer par un processus de consultation inclusif. Une approche de la consolidation de la paix centrée sur les individus exige qu'un ensemble de voix dans les zones urbaines et rurales, des différentes ethnies et groupes linguistiques, des groupes dominants et marginalisés soient entendues.
  6. Les malentendus abondent. L’un des principaux obstacles à la participation des femmes est la perception erronée selon laquelle les femmes ne se présentent à la table que pour parler de « problèmes des femmes ». En réalité, les femmes ont le droit de participer aux décisions qui affectent leur vie.
  7. Pour que les femmes puissent participer aux processus de paix, il faut un appui pratique, souple et accessible. Une approche axée sur le contexte et bien informée est essentielle pour comprendre ce dont les femmes ont besoin pour participer à la discussion. La participation significative des femmes est bloquée de multiples façons, notamment en refusant de délivrer des visas aux femmes cherchant à prendre part aux négociations de paix nationales organisées par d’autres pays. Très peu d’organisations internationales disposent de la souplesse et des moyens nécessaires pour favoriser une participation significative des femmes.
  8. Il est temps d'agir! Le programme Femmes, Paix et Sécurité fête son 20ème anniversaire en 2020, le temps n'a jamais été aussi propice aux actions concrètes et aux résultats.

Que pouvons-nous faire en tant que communauté pour faire avancer cet agenda mondial?

  • Améliorer la compréhension de la population sur la manière de promouvoir l’égalité entre les sexes dans les contextes fragiles.
  • Mener un plaidoyer mondial pour mobiliser l'attention et les ressources internationales sur les défis et opportunités spécifiques à l'égalité entre les sexes rencontrés dans les pays touchés par les conflits et la fragilité.
  • Encourager le dialogue et garder l’espace civique ouvert, en particulier pour les femmes.
  • Défendre le rôle central de l'égalité entre les sexes dans la consolidation de la paix parmi ceux qui manquent d'expertise dans ce domaine.
  • Plaider en faveur de la participation des femmes aux négociations de paix et à la consolidation de la paix grâce à un financement et à un soutien souples et facilement accessibles.
  • Utiliser la plateforme du Dialogue international pour partager, apprendre, échanger et se soutenir mutuellement.

« Nous adressons notre message aujourd’hui, pas tant aux experts en égalité entre sexes parmi vous, bien que nous apprécions réellement votre participation et vos points de vue, mais plutôt aux gouvernements des États touchés par un conflit et à leurs partenaires donateurs ainsi qu’à la société civile, qui ne disposent peut-être pas de ce type de d’expertise ou de prise de conscience en matière entre les sexes... En investissant dans l'égalité entre les sexes et la participation... ils investissent dans un avenir plus pacifique ».

Mme. Nabeela F. Tunis, ministre de la planification et du développement économique de la Sierra Leone

Recherche sous-jacente au thème genre de l’IDPS

Le renforcement de l'égalité entre les sexes dans les États touchés par un conflit est considéré comme essentiel pour la réalisation des engagements mondiaux en faveur d'une paix durable. Cette recherche s’appuie sur un nombre croissant d’études indiquant que la participation des femmes aux processus de paix, et l’égalité entre les sexes plus généralement, est associée à des sociétés plus stables et plus pacifiques. Une grande partie de cette recherche est présentée dans le rapport fondamental de la Banque mondiale - ONU intitulée Chemins pour la paix : Approches inclusives pour la prévention des conflits violents qui reconnaît que « le degré d'intégration des femmes dans la vie politique, économique et sociale est un facteur déterminant de la propension d'une société pour conflit ».

Faits marquants :

Cliquez ici pour un visuel sur les liens entre l'égalité des sexes, la paix et la stabilité.

Si vous trouvez cette mise à jour utile, veuillez envoyer le lien à d'autres personnes qui travaillent à la diffusion de l’ODD+.